autoescape.com
Sélectionner une page

L’utilisation des voitures électriques est depuis longtemps soumise à des contraintes, outre leur prix, concernant leur mode de recharge et leur autonomie, rebutant les usagers à échanger leur véhicule fonctionnant à l’énergie fossile contre un modèle électrique. L’insuffisance des bornes de recharge, couplée à une autonomie limitée des véhicules, a poussé le gouvernement britannique à plancher sur une solution sur le long terme qui pallierait ces limitations.

En quoi consiste le projet ?

Le projet, encadré par Highways England, consiste en la mise en place, pour les autoroutes et les principales routes nationales britanniques, d’un système de recharge par induction qui permettra aux véhicules électriques de recharger leur batterie tout en roulant. Apportant une solution à la problématique des bornes de recharge, le projet impliquera l’investissement de 500 millions de livres pendant cinq ans dès 2016, somme que le gouvernement britannique est prêt à engager. Le Royaume-Uni ne sera cependant pas le premier à tester cette technologie car elle a déjà été expérimentée dans la ville Gumi en Corée du Sud. Ce système de recharge par induction y a été installé en 2013 sur 12 kilomètres de routes pour recharger des bus électriques publiques compatibles avec ce dispositif.

Quels intérêts?

Le premier intérêt est bien entendu d’ordre environnemental. Par le biais de la construction de ces autoroutes électriques, le gouvernement britannique pourrait arriver à favoriser l’utilisation des voitures électriques qui aura au final un bilan positif sur la qualité de l’air et sur l’environnement. Dans la mesure où le projet venait à être abandonné, Highways England s’engage quand même à déployer des bornes tous les 30 kilomètres. De plus, en décidant d’investir dans ce projet, le Royaume-Uni vise à stimuler l’emploi et la croissance dans le secteur.

Comment cela fonctionne ?

Reposant sur l’électromagnétisme, le système de recharge se fait par le biais de câbles enterrés sous l’asphalte tout au long de la route, qui produisent un champ magnétique. Ce dernier sera transformé en énergie électrique par un capteur dédié situé sous la voiture. Le courant alternatif produit, pouvant atteindre 180 kW, rechargera la voiture pendant qu’elle roule.

autoroute electrique

© Mr Mondialisation

Quelles limites ?

Malgré les bonnes perspectives apportées par le projet, beaucoup restent sceptiques quant à l’approche qui pourrait ne plus être intéressante sur le long terme. Du fait de la rapidité des avancées technologiques réalisées sur la durée de l’autonomie des batteries, le déploiement de ce projet pourrait devenir inutile. Autre aspect et non des moindres, pour que le projet fonctionne, il faudrait arriver à convaincre les constructeurs de voitures électriques de rendre leurs modèles compatibles avec la solution de rechargement.